THACKERAY (W. M.)


THACKERAY (W. M.)
THACKERAY (W. M.)

Après avoir connu des débuts littéraires difficiles, Thackeray a réussi à conquérir de son vivant, entre 1848 et 1863, la plus flatteuse des célébrités et à partager après sa mort la gloire de Dickens et de George Eliot. Il avait brillé dans plus d’un genre, s’affirmant à la fois dans la critique des lettres et des arts, l’histoire, la satire sociale, la poésie burlesque, la caricature et bien entendu le roman de mœurs, où il excella. Avec le recul du temps, toutefois, il apparaît clairement que c’est en qualité de psychologue, de moraliste et de dialecticien des plus subtiles nuances de la vanité humaine qu’il s’est acquis des titres à inscrire son nom parmi les plus grands. En dépit de sa prédilection pour les demi-teintes, de ses timidités devant le scandale, de ses réticences puritaines et de son absence à peu près totale d’engagement militant, il a eu assez de vigueur pour imposer internationalement un vocable et une notion – «snob» et «snobisme» – qui n’auraient point aujourd’hui droit de cité dans notre langage et dans nos concepts sans la force créatrice de son génie.

Une âme partagée

William Makepeace Thackeray est né dans un faubourg de Calcutta. Il appartient à une famille de fonctionnaires britanniques qui ont mis leur activité au service de la Compagnie des Indes orientales. Alors qu’il a quatre ans, son père meurt et sa mère, qui descend elle-même d’une lignée de hauts dignitaires anglo-indiens, l’envoie dans sa famille en Angleterre, car il supporte mal la rigueur du climat indien. En 1821 il entre à l’École de Charterhouse, puis en 1829 va à Cambridge où, étudiant dilettante, il ne reste qu’un an. Il visite l’Allemagne avant d’entreprendre, sans grande application, son droit à Londres et de venir s’installer, à sa majorité, à Paris, où il s’intéresse vivement à la peinture. Thackeray, jusque-là, a mené l’existence classique d’un jeune Anglais de condition aisée, mais survient la faillite d’une banque indienne où était déposée la majeure partie de ses biens. Ruiné, il doit gagner sa vie.

Il se trouve que le second mari de sa mère a de l’influence dans le monde de la presse, ce qui permet à son beau-fils de devenir le correspondant parisien de deux journaux anglais qui, malheureusement, vont faire faillite l’un après l’autre. La disparition du second en 1837 oblige Thackeray à regagner Londres avec sa jeune femme, épousée l’année précédente. Ce sera le commencement de sa collaboration, sous de multiples pseudonymes, à divers magazines dont Fraser’s , Bentley’s , The New Monthly et bientôt Punch où il fera paraître de février 1846 à février 1847 la série des feuilletons hebdomadaires «The Snobs of England , by One of Themselves » (Les Snobs d’Angleterre , par l’un d’entre eux ) qui lui assureront une renommée que viendra décisivement asseoir le triomphe, en 1848, de Vanity Fair (La Foire aux vanités ).

Ce sera la période où Thackeray s’efforce de lutter contre le désespoir qui peu à peu s’est emparé de lui. Sa femme, qui avait, dès après la naissance de ses trois filles, donné des signes de désordre mental, a dû être enfermée définitivement dans un asile. Thackeray, depuis 1845, est seul. Il est réduit aux réceptions mondaines et aux clubs. L’amour chimériquement compensateur qu’il a conçu pour l’épouse d’un de ses anciens condisciples lui restera interdit. Sur cette phase cruciale de la frustration de l’écrivain, les travaux du professeur américain Gordon N. Ray, lequel a eu accès aux carnets intimes de Thackeray, ont jeté un jour singulièrement révélateur.

Les grandes œuvres de Thackeray, qui s’échelonnent à un rythme soutenu jusqu’à sa mort survenue à Londres à la suite d’une hémorragie cérébrale, comprennent notamment The History of Pendennis (1848-1850), le plus autobiographique de tous ses romans: The History of Henry Esmond (1852), évocation de l’époque de Marlborough, où se détache l’étude, en un sens déjà freudienne, de la jalousie de lady Castlewood; The Newcomes (1853-1855), fresque sociale, à la fois sentimentale et âpre; The Virginians (1857-1859), qui est une saga des aventures des descendants du colonel Esmond. Quant à ses deux séries de conférences: The English Humourists of the Eighteenth Century (1853), qui contient d’admirables portraits de ses devanciers, particulièrement de Fielding, et The Four Georges (Les Quatre Georges , 1860), où l’on trouve une dénonciation virulente de la monarchie, elles ont grandement contribué à affermir sa popularité.

Une ironie désabusée

L’ensemble de l’œuvre de Thackeray est à l’image de sa personnalité amèrement tourmentée. Trop victorien et trop intimement divisé pour ne pas se résigner aux compromis, il s’est surtout attaché à faire ressortir l’origine individuelle du mauvais fonctionnement de la société. Que les déshérités, chassant les castes dirigeantes, aient pris le pouvoir ne lui eût apporté que faible satisfaction. Car la vanité, l’arbitraire et l’injustice eussent seulement changé de catégorie. Mais que l’adulation des fausses valeurs – fortune ou titre – se soit effacée devant une estime souveraine des qualités d’esprit et de cœur, voilà qui lui eût semblé l’ouverture sur le salut collectif. Son testament spirituel a donc résidé en une leçon de discernement et néanmoins de confiance en la vertu. La trame de La Foire aux vanités , comme l’argumentation, pour décousue qu’elle soit, du Livre des snobs n’a d’autre portée que celle d’un sermon laïc sur la fragilité des ambitions humaines dirigées en dehors des chemins de l’humilité et de la tolérance. Elle nous a offert en tout cas d’exemplaires analyses, annonciatrices des dissections d’un George Meredith, de l’égoïsme et du faux-semblant.

L’art de Thackeray est tout en impondérables, en suggestions, au point d’incliner vers une politique de l’implicite. Son sens de la médiocrité de la plupart des êtres le conduit, par une sorte d’ironie désabusée, à préférer sur le plan technique les sinuosités d’un narratif nonchalant, traversé de souvenirs panoramiques et de méditations à bâtons rompus, aux éclats directs de la scène dramatique. Au total, cependant, ce qui le caractérise a été une très rare alliance de tendresse et de sarcasme, une variété très particulière d’humour qu’il a lui-même, en une formule mémorable, défini comme étant composé de «l’esprit plus l’amour».

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Thackeray — is the name of: *William Makepeace Thackeray, a novelist *Bal Thackeray, an Indian politician *Edward Talbot Thackeray, a recipient of the Victoria Cross *A David Thackeray, a South African astronomer *Anne Thackeray Ritchie (1837 1919), a… …   Wikipedia

  • Thackeray — bezeichnet unterschiedliche Personen: William Makepeace Thackeray (1811–1863), englischer Schriftsteller Bal Thackeray (* 1924), indischer Politiker Edward Talbot Thackeray (1836–1927), britischer Offizier, Träger des Victoria Cross Anne… …   Deutsch Wikipedia

  • Thackeray —   [ θækərɪ], William Makepeace, englischer Schriftsteller, * Kalkutta 18. 7. 1811, ✝ London 24. 12. 1863; kam nach dem frühen Tod des Vaters, eines Kolonialbeamten, nach England, besuchte Internatsschulen und studierte 1829/30 in Cambridge; nach… …   Universal-Lexikon

  • Thackeray — (spr. thäckĕrĕ), 1) William Makepeace, berühmter engl. Romandichter, geb. 18. Juli 1811 in Kalkutta, gest. 24. Dez. 1863 in London, Sohn eines Beamten der Ostindischen Kompanie, ward im Charter House zu London erzogen, studierte in Cambridge,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Thackeray — (spr. Shäkkereh), William Makepeace, geb. 1811 in Calcutta, wo sein Vater, ein höherer Beamter der Ostindischen Compagnie, lebte; studirte in Charterhouse u. Cambridge u. lebte nach dem Abgange von der Universität, im Genuß eines bedeutenden… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Thackeray — (spr. thäckĕrĕ), William Makepeace, engl. Humorist, geb. 18. Juli 1811 zu Kalkutta, gest. 24. Dez. 1863 zu London, Meister in der Sittenmalerei, schrieb anfangs unter dem Pseudonym Michael Angelo Titmarsh; Hauptwerke: »Vanity fair« (1846 48;… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Thackeray — Thackeray, William …   Enciclopedia Universal

  • Thackeray — (William Makepeace) (1811 1863) écrivain et dessinateur humoristique anglais: le Livre des snobs d Angleterre par l un d eux (1846 1847), la Foire aux vanités (1847 1848), l Histoire d Henry Esmond (1852) …   Encyclopédie Universelle

  • Thackeray — (izg. tȅkerei), William Makepeace (1811 1863) DEFINICIJA engleski romanopisac realizma; uporni kritičar snobizma, hipokrizije i taštine, ostvario veliku satiričku panoramu engleskog građanskog i aristokratskog društva na počecima 19. st. (roman… …   Hrvatski jezični portal

  • Thackeray — [thak′ər ē] William Makepeace [māk′pēs΄] 1811 63; Eng. novelist …   English World dictionary